20 décembre 2006

Mes premières amours

Chers lecteurs,

Vous qui continuez patiemment, avec dévouement, à jeter un œil ici de temps à autre pour vérifier s'il y a de la lumière... je tenais à vous rassurer :
Non, ce blog n'est pas mort. Il était juste en léthargie. Comme la Belle au Bois Dormant. Une quenouille éditoriale l'avait piqué à l'annulaire gauche, et il s'était assoupi, attendant une métamorphose, épuisé, au fond de son bois de ronces...

On a attendu longtemps le baiser salvateur... finalement, plusieurs se sont dévouées, des filles, il faut bien le dire ! Mais bon, ça a marché. Merci à vous !

Bon évidemment, ici, tout est encore un peu engourdi, on s'étire, on baille, on écarte les rideaux, il fait froid, c'est l'hiver, rien de très engageant, mais enfin, on ne choisit pas son moment pour renaître. C'est ainsi.




Donc, durant ma léthargie éditoriale, pendant que la fée Carabosse pensait m'avoir muselée une bonne fois, tout ça parce que mes parents n'avaient pas invité cette rabat-joie à mon baptême, je songeais. J'avais tout le temps, me direz-vous. Des journées entières les yeux clos, à attendre un baiser... Donc, je songeais, par exemple, que les princes se font rares, de nos jours. Peut-être parce que ces messieurs n'ont pas l'oreille si fine qu'autrefois, ils n'entendent plus le tintement de clochette des fées, le murmure de la forêt, le secret des sources. Moi, j'ai gardé toute mon ouïe, depuis l'enfance. Elle est aiguisée, elle surprend les pas feutrés dans la neige, le bruissement d'aile d'une chouette qui s'éveille.

Et par exemple, je sais le pouvoir des images. Je sais que leur ensorcellement ne dépend que très peu de leur compréhension. Que le pouvoir des mots est bien plus puissant que leur simple entendement.


Par exemple, si je vous lis ceci:

"Les obus miaulaient un amour à mourir
Un amour qui se meurt est plus doux que les autres
Ton souffle nage au fleuve où le sang va tarir
Les obus miaulaient
Entends chanter les nôtres
Pourpre amour salué par ceux qui vont périr
",

Avez-vous besoin de comprendre le sens de chaque image pour être bousculé par la force d'Apollinaire ?
Je ne crois pas. Je crois que les images parlent à la partie de nous qui est immergée, à celle qui nous procure nos plus fortes joies et nos plus grandes peines, nos sentiments de malaise, notre ivresse, notre angoisse. Et peu importe dans quel ordre les mots s'assemblent ou frayent ensemble, du moment que leur union est féconde.

Lorsque j'étais une toute petite fille, 3, 4 ans à peine, ma mère me lisait les "Contes de la Reine Mab", très ancien livre de Jérôme Doucet qu'avait lu, enfant, ma grand-mère. Un grimoire magique dont je ne comprenais pas tous les mots, ce qui, plus que tout, me le rendait fascinant. On y contait l'histoire de douze filles de la reine Mab, douze princesses remplies de défauts, insouciantes, insolentes, vantardes, égoïstes, qui affrontaient une terrible épreuve et, en triomphant, devenaient des jeunes femmes aguerries et capables d'aimer. Ce livre avait été écrit pour des enfants plus savants ou plus vieux que je ne l'étais, dans un langage complexe et poétique, et sans doute est-il resté, pour cette raison, mon préféré. En voici un extrait :

"La chaise de poste où la petite princesse Lise, quatrième fille de la Reine Mab, se pelotonnait à côté de sa nourrice, suivie de la grosse berline où les bagages s'entassaient, arriva vers le soir, un soir de pleine lune, à Fontarabie, sur le bord de l'Océan. Lise sauta aussitôt du véhicule, et voulut voir l'immensité étoilée du ciel, l'immensité énorme de la mer.
Sa bonne nourrice la suivit :
"N'approchez pas trop, la vague est perfide, dit-elle ; la mer est profonde, et qui y tombe ne revient pas ; les gros requins aux dents crochues en font leur proie et leur régal."
Lise, sans répondre, sans écouter, du haut de la roche à pic s'extasiait ; en cadence, avec des chocs sourds, les lourdes vagues éclabousseuses venaient s'effondrer à ses pieds ; au-dessus d'elle, scintillantes, innombrables les étoiles brillaient au ciel. Lise ne pouvait se lasser de les regarder."
[...] Soudain, elle poussa un cri. Une étoile du ciel s'était détachée, au galop, dans un sillon de feu ; traversant le sombre azur, elle alla s'abîmer à l'horizon dans les profondeurs de l'Océan.
Lise sentit une tristesse. Une belle étoile était éteinte, disparue, noyée !"


Lise ira, naturellement, chercher l'étoile, et de là découleront tous ses malheurs, et son bonheur.
Je n'ai jamais su vraiment où était Fontarabie, ni cherché à savoir, tant ce mot est resté magique et évocateur. J'aurais eu peur de le déparer, de le rendre petit et commun, en en faisant un lieu, un lieu deshabillé, qui existe sur une carte. J'ai toujours senti la perfidie de la vague, et l'étoile tombée des cieux a laissé une trace brûlante dans mes rêves.
Nuit après nuit, je me suis endormie en descendant d'une chaise de poste, que j'imaginais probablement telle une vieille chaise tirée par un cheval, une nuit de pleine lune, à Fontarabie.

Il n'est pas besoin de tout comprendre pour être ensorcellé, bien au contraire. Si l'on comprend tout, il n'y pas d'envol, d'excitation, on ne grimpe pas à l'assaut des nuages. On fait du sur place, on piaffe, on s'ennuie.

La fée Carabosse, naturellement, n'admettrait rien de tout cela. Elle est très bornée, pour une fée. Il lui faut tout comprendre, elle ne supporte pas de ne pouvoir retenir la fumée entre ses doigts crochus, ou que les moineaux passent à travers les grilles de son palais. Elle pense que tout doit être démonté, éventré comme un mécanisme d'horloge, un oiseau encore chaud.


Mais heureusement pour moi, pendant que j'étais plongée dans mon sommeil hypnotique, une troupe d'enchanteurs m'a rendu visite...
Ils arrivaient d'un temps révolu, ils étaient fiévreux, mélancoliques, un peu fous, et je les ai tout de suite aimés.






Mon préféré avait des yeux de hibou, il rêvait les yeux ouverts, et sa main frémissait sous sa dictée:


"Il rêvait les yeux clos au coin de la portière,
Tandis qu'au long des rails se couchaient les forêts,
Tandis que les sillons tracés drois dans la terre,
Comme une roue immense rayonnaient."


Il s'appelait Robert Desnos. Il aimait Paris, le quartier de la Boucherie, le quartier Saint Merri, le petit jour et la nuit profonde.

Il m'a murmuré pour me consoler :

"Va, poursuis ton chemin, il n'est plus de frontières,
Plus de douanes, plus de gendarmes, plus de prisons.
Tu es libre et tu ris et tu parcours la terre
Et tu passes, devant les détectives, sans un frisson."


La liberté, j'en rêvais, justement, dans ma prison de ronces...

Et puis il me laissa ces quelques mots au creux de l'oreille, juste avant de partir :

"Au coin des rues Saint-Martin et de la Verrerie
Une plume flottait à ras du trottoir
Avec de vieux papiers chassés par le vent.

Un chant d'oiseau s'éleva square des Innocents.
Un autre retentit à la Tour Saint-Jacques.
Il y eut un autre cri rue Saint-Bon

Et l'étrange nuit s'effilocha sur Paris."


Je ne connaissais pas ces noms, ces rue, cette ville, et soudain je les voyais, j'en humais la trace, je m'y égarais à plaisir. Je sus que je ne l'oublierais jamais. Mes rêves se nacrèrent au contact des siens.

Il me présenta ses amis. Il y en avait un autre qui parlait à merveille, l'écouter me rendait distraite, je sentais l'amour me couler dans les veines :

"Il faut que tu te voies mourir
Pour savoir que tu vis encore
La mer est si haute et ton cœur bien bas
Fils de la terre mangeur de fleurs fruits de la cendre
Dans ta poitrine les ténèbres pour toujours couvrent
le ciel

Soleil lâche la corde les murs ne dansent plus
Soleil laisse aux oiseaux des voies impénétrables."


Celui-ci s'appelait Paul. Paul Eluard. Quand il s'en alla, je me sentis mourir, mais je savais grâce à lui que c'était un passage obligé pour naître à moi-même. Alors, prenant mon élan, je traversai ce mur de glace et me retrouvai brûlante de l'autre côté. Des ailes m'avaient poussé dans le dos, et j'avais hâte d'en éprouver la souplesse.



Seulement, le baiser ne venait point et Carabosse me tenait dans ses chaînes, elle m'avait vissée au sol pour que je sois sourde à l'euphorie de mon corps qui ne rêvait plus que de courir.
Alors, le chef des visiteurs parla à son tour. Son timbre de voix était grave, c'était un homme important. Il avait créé un mouvement de rebellion contre toutes les Carabosse de cette terre. Il l'appelait Surréalisme. Il m'expliqua comment je pouvais délier moi-même ce qui m'enchaînait : en rêvant assez fort pour que mes rêves se changent en mots qui traverseraient la forêt et iraient enserrer le cœur d'un prince...

Et il en profita, car c'était un pédagogue, pour m'expliquer pourquoi Carabosse ne comprendrait jamais rien au pouvoir des images:

"Il en va des images surréalistes comme de ces images de l'opium que l'homme n'évoque plus, mais qui "s'offrent à lui, spontanément, despotiquement. Il ne peut pas les congédier ; car la volonté n'a plus de force et ne gouverne plus les facultés." Il ajouta que Baudelaire l'avait formulé avant lui.

Je compris que ce qui comptait, c'était le surgissement des images, et que s'il semblait anarchique, ce n'était qu'en apparence. Parce qu'en réalité, il tissait en chacun une trame très intime qui embrassait ses plaies vives pour en faire un être neuf, semblable à une flammèche que le vent emporte. Il fallait lâcher prise, ce que Carabosse, cette chère rationnaliste, ne comprendrait jamais. Il fallait s'abandonner, et accepter qu'en lisant une histoire, plusieurs voix, en nous, soient ensemble à l'écoute. Pendant que la raison saisissait le fil de l'histoire, à d'autres niveaux, les images permettaient l'ouverture d'autres mondes, bien plus fascinants à pénétrer.

André Breton, mon dernier visiteur, précisa ensuite sa pensée : dans une image, on rapprochait deux termes, en apparence étrangers l'un à l'autre:

"Il est faux, selon moi, de prétendre que "l'esprit a saisi les rapports" des deux réalités en présence. Il n'a, pour commencer, rien saisi consciemment. C'est du rapprochement en quelque sorte fortuit des deux termes qu'a jailli une lumière particulière, lumière de l'image, à laquelle nous nous montrons infiniment sensibles. La valeur de l'image dépend de la beauté de l'étincelle obtenue."

Deux mots qu'on heurte produisaient donc une étincelle, un feu d'artifices, dans la tête du lecteur, et plus son intensité était forte, plus elle était dure à expliquer... j'étais fascinée. Je sentis que je ne serais jamais plus la même, et que plus jamais je ne pourrais me passer de cette étincelle.

André Breton me quitta fort satisfait. Il m'expliqua que si Carabosse me traitait de folle, il ne faudrait pas s'en alarmer, car les fous arpentent des couloirs où les étincelles éclairent chacun de leurs pas.

Et que les poètes étaient tous un peu fous, eux qui prétendaient que le monde ne peut se déchiffrer avec la grille de la terne logique, mais qu'il faut mêler ensemble toutes les couleurs, toutes les formes, toutes les saveurs, les parfums, en une danse qui devient le chant magnifié de ce qu'on a devant les yeux.

A ce point de ma métamorphose, il me suffisait de m'éveiller. Alors, de charmantes demoiselles sont venues frapper à ma porte, m'interpeller, m'envoyer des baisers à travers les ronces.

Et me voilà, encore un peu gauche d'avoir sommeillé si longtemps. Merci à vous, visiteuses fidèles, car j'étais fatiguée de dormir.





Bien sûr, Carabosse est furieuse. Fulminant ainsi, dans la nuit glaciale, elle me rappelle une autre fée mauvaise, celle qui ensorcella la petite princesse Minne, aînée des filles de la reine Mab: la fée des frimas...


Très joyeux Noël à tous, et belles étincelles !




PS : Et merci à ces autres magiciens, Chirico, Max Ernst et Magritte, qui m'ont démontré de manière éblouissante que l'étincelle éclabousse aussi les toiles...

Gaëlle

85 commentaires:

Thom a dit…

Yekyekyek ! je suis preum's !!!!!!

Superbe article chère Gaëlle, n'en déplaise à Carabosse et à tous ses sbires...

(si : ce que je dis a un sens, je vous assure, c'était pour vous donner un autre exemple d'image)

Gaëlle a dit…

Coucou, Thom.
Merci, merci... Les sbires de Carabosse, tu veux dire les orques du palais ?

Doune a dit…

ohhh, miracle! Pour une fois, j'ai le temps de lire ton article sans être interrompue constamment! Tu fais de jolis rêves quand même... Passe de bonnes fêtes, Gaëlle :)

Gros bisous

Gaëlle a dit…

Ah, Doune ! Je te croyais déjà partie! Merci beaucoup, mais je vous ai sélectionné mes meilleurs rêves... j'ai soustrait les cauchemars, pour les fêtes... Gros gros bisous et bonnes fêtes à toi aussi !

Thom a dit…

Orques et autres animaux bizarres et répugnants, je ne sais pas moi...rats, cafards...

Lisa a dit…

Me voilà fort rassurée de te lire à nouveau! Et fort apaisée par ton article...

Gaëlle a dit…

Thom, je vois que tu les connais aussi ! Cette engeance est terrible et nuisible. Je crois que Breton se retourne dans sa tombe chaque fois qu'on les mentionne. Brrr.

Lisa : merci de ta fidélité et pardon de mon abandon, infiniment regretté ! Apaisée, carrément ?

Thom a dit…

Tu veux que je contacte la dératisation ?

Lisa a dit…

Ben oui, en ce moment c'est la course (comme pour beaucoup de monde, non?), entre les cadeaux, les repas à préparer, notre départ à programmer plus le boulot (pour quelqu'un qui travaille dans le chocolat, nöel c'est LA période intensive)... Alors lire des histoires de conte, moi ça m'apaise. Ca m'incite à rester tranquille sur ma chaise pendant, disons, 10 minutes (ouf!).

miss Trop a dit…

Je passais silencieusement jusqu'à maintenant, mais cet article et ses intervenants m'a beaucoup interpelé...mêlé au plaisir de te lire à nouveau, et voilà un petit mot !
Bon réveil en douceur :)

Gaëlle a dit…

Thom : oh, il faut de tout pour faire un monde, et Carabosse a bien droit à de la compagnie, elle aussi. Mais c'est gentil de proposer tes services :)

Lisa : je ne savais pas que tu bossais dans le chocolat ! Le chocolat, un de mes péchés mignons, ce qui ne fait pas de moi quelqu'un de particulièrement original, j'en conviens... oui c'est vrai que tu dois être épuisée !
Heureuse de t'offrir une petite pause bien méritée, alors... bises.

Miss trop : Bienvenue et merci infiniment de sortir ainsi de ton silence, c'est trop gentil !
Voilà qui m'aide à me réveiller, tiens :) A bientôt j'espère, et bon Noël !

Anitta a dit…

Bravo, Gaëlle. Tu signes là un très beau billet, aérien et léger, onirique à souhait et parfait pour la période. J'ose escompter que l'objet de tes tourments éditoriaux est de la même eau, si tu me passes l'expression ! Je ne connaissais pas les Contes de la reine Mab, et je crois que je vais vite me trouver un petit neveu ou cousin qui va me fournir l'occasion de les lui offrir pour les fêtes ! Moi aussi, je crois que les images et les licences poétiques viennent du pays des rêves, et/ou nous y (re)plongent avec délice, déclenchant à travers les miasmes du sommeil une petite lueur magique, semblable à la lampe d'Aladin... Et les illustrations que tu as choisies sont effectivement très jolies ;-)

Gaëlle a dit…

Merci ma chère Anitta ! Je suis contente d'avoir pu vous laisser quelques rêves pour les fêtes... Les Contes de la Reine Mab sont durs à se procurer de nos jours, mais sur Chapitre.com, peut-être ?
Je suis bien persuadée que tu ne peux que tu reconnaître dans ce que les poètes pensent des images, parce que les tiennes font naître en moi de très puissantes images qui ne peuvent résulter que d'une étincelle !
A très bientôt et très joyeux Noël à toi...

Anonyme a dit…

Ma chère Gaëlle,
Je suis étonnée que l'on trouve ce billet léger, même si la légèreté est l'une des qualités fondamentales de l'esprit, car les images peuvent aussi dire le tragique dans l'âme de celui qui les produit. L'image est par nature plus violente que le concept, qui aseptise. La raison est toujours rassurante, même quand elle parle du pire, quand l'image peut foudroyer sans mot dire.
Ton billet est très beau. Je l'aime. Je l'admire.
Je me sens en harmonie avec ton propos, profondément. D'une manière telle qu'il ne m'est pas possible de l'exprimer. Ce brasier d'images que tu mets en scène m'exalte.
J'ai envie de te répondre avec un petit billet chez moi. Je le ferai aujourd'hui ou demain.
Merci Gaëlle pour cette symphonie, pour ton talent et ta grâce.

Gaëlle a dit…

Chère Holly, je lirais volontiers un billet-réponse de ta part !!
Je suis d'accord avec toi, mon billet n'est léger qu'en apparence, parce qu'il défend certaines choses aujourd'hui menacées : le fait que le lecteur n'a pas besoin de TOUT comprendre, au contraire, pour aimer un texte, en être transporté, exalté, comme tu l'écris si bien.
Que sans les images, et des images elliptiques, une histoire perd de sa saveur, devient un mille-feuilles qui n'a plus qu'une feuille et s'y accroche pitoyablement.
En réalité, ce billet, j'en avais besoin pour me régénérer, revenir, comme je le dis, à mes "premières amours" : celles qui m'ont donné envie d'écrire, il y a longtemps. Je les relis et je retrouve intacte ma conviction qu'il faut faire confiance aux lecteurs, et que leur imaginaire est aussi large que le monde. Que le plus beau est sous la surface, et que ce sont ces profondeurs qu'il faut atteindre, grâce aux mots non prononcés, à ce qui danse entre les mots. Expliquer tout brise le charme, et un romancier ne veut surtout pas faire ça, ce serait suicidaire. Il doit vouloir que ses images en fassent naître une multitude d'autres, propres à chaque lecteur, et qu'elle demeurent, et fleurissent en gerbes d'étincelles.
Merci de ton passage et de ton commentaire, ma chère Holly.

Gaëlle a dit…

Mais je pense qu'Anitta insistait surtout sur le côté onirique, d'une part... et que d'autre part, j'ai voulu donner à ce billet la forme d'un nuage ou d'un songe, pour faire passer en douceur des choses auxquelles je crois et que je défendrai coûte que coûte... je ne voulais pas écrire un manifeste. André Breton l'a fait bien mieux que moi ! Mais je voulais prouver la force des images que l'on ne peut pas réduire à un décryptage. Et ce, sous la forme d'un conte. Lesquels peuvent être légers, mais seulement en apparence...

Loupiote a dit…

Ca te réussi plutôt bien les longues siestes, dis. Merci de nous avoir fait partager ton univers onirico-littéraire. :0)

Gaëlle a dit…

Loupiote, quel plaisir de te trouver là !
Oui, tu as raison, je devrais m'accorder un max de siestes...
Merci à toi d'être passée par là, et très joyeuses fêtes !

Anonyme a dit…

Ma chère Gaëlle ...tu viens de "reveiller" un merveilleux souvenir...les contes de la reine Mab...c'est toi mon prince charmant ;o)

Anonyme a dit…

Gaëlle, tu défends admirablement ces valeurs.

Gaëlle a dit…

Lamousmé, tu connais les contes de la reine Mab, toi aussi ? Ça alors ! Eh oui, tu faisais bien partie de mes réveilleuses, et sois en remerciée !

Holly, j'ai lu ton billet retour, et je te rends ton compliment. Au centuple...

nziem a dit…

ai-je besoin de te dire que je fais les mêmes rêves que toi ?! ;-) mais toi tu en parles si bien... moi j'essaie juste de les mettre en image :-) Mais j'ai bien l'impression que notre démarche n'est pas si éloignée. En tout cas, c'est fou comme je te comprends !!! c'est vraiment agréable de lire tes billets.. tous ces mots que j'ai en moi, que je ne sais formuler.. et toi, tu le fais tellement bien.
Passe de bonne fêtes !!! grosses bises

Gaëlle a dit…

Ma chère Nziem, oui, je pense que nos univers sont très proches, et que c'est pour ça que j'aime tant tes photos !! Toi, tu traduis en magnifiques images ces mots qui parfois me manquent ou trébuchent... Très joyeuses fêtes, autre fée si fidèle, et merci de ta visite ! Grosses bises.

Freefounette a dit…

Oh, c'est un très bel article, autant en mots qu'en images, superbes !
"Mon Art est le jeu de cache-cache
Entre les sourires illuminants de mon âme
Et le flot de larmes de mon cœur."
Sri Chinmoy

Bisous, très bonnes fêtes !

Clarabel a dit…

Doux réveil, Gaëlle !.. Joli retour parmi nous !!! :-)
Je te souhaite de très belles fêtes ...

Gaëlle a dit…

Merci Free, toujours fidèle !... Joli poème aussi !
Merci de ton passage et de ton poème, et très joyeuses fêtes à toi. Grosses bises.

Clara, j'allais justement chez toi, j'ai beaucoup de retard car ça fait 1 mois que je suis en transit entre la maison d'édition et chez moi et je n'ai pas touché terre...
Je te remercie de tout cœur, et bien sûr je te souhaite de douces et belles fêtes...

florinette a dit…

Quelle jolie histoire qui nous transporte dans le monde merveilleux des rêves. Je te souhaite une très belle fête de Noël enveloppée d'une douce nuit étoilée.
Bisous

La Trollette a dit…

Vite, vite, entre un peu de rangement et le passage de l'aspirateur, je viens ici te souhaitez (et aux autres aussi bien entendu !) de très bonnes fêtes de fin d'année.
Bizzzzzzzzzz
A bientôt

Le Grammairien Fou a dit…

Parfait !

Clarabel a dit…

Gaëlle, bonnes fêtes !!! Que 2007 soit rayonnante pour le "nouveau bébé" à venir !!! Je surveille les librairies ! ;-)
Bon Noël à ta puce !

Loupiote a dit…

Zoyeuses fêtes à toi et pis aussi à tout le monde, tiens, pendant que j'y suis.

Anonyme a dit…

Hello chère Gaëlle, gros retard de lecture, je reviendrai.. Mais avant toute chose, je te souhaite un très joyeux Noël à toi et à tous ceux qui te sont chers et une bien belle année littéraire (comme Clarabel, je vais surveiller les librairies !!! )

Gaëlle a dit…

Merci Florinette, et très joyeux Noël à toi !!!

A très bientôt ma Trollette, bon ménage, bonnes fêtes et reviens-nous vite !! Bizzzz !

Le grammairien fou : ravie que vous soyez enfin content !

Clarabel : tu es trop gentille ! Je te souhaite une très belle année et un Noël magique, et pour mon "bébé", la naissance n'est pas programmée avant mars...

Loupiote : une énorme bise et un très heureux Noël à toi !

Lily, pas de problème, j'attendrai avec plaisir ta visite ! Merci pour ta fidélité, et très joyeuses fêtes à toi !

A tous : merci de votre fidélité malgré mes intermittences bloguesques, et passez tous une très bon Noël ! A très vite !

Anonyme a dit…

Gaëlle, ton récit est merveilleux ! Merci merci....

Tubinap a dit…

...Mais chaque jour le beau matin
Comme un oeuf tombe dans la main
Du passant sur le chemin.

Chaque jour le ciel est si clair
Que les nuages dans l'air
Sont comme l'écume sur la mer.

Morts! Epaves sombrées sur la terre,
Nous ignorons vos misères
Chantées par les solitaires.

Nous nageons, nous vivons,
Dans l'air pur de chaque saison.
La vie est belle et l'air est bon.

Robert Desnos, 1à juin 1936

Gaëlle a dit…

Mille merci à toi Lily d'être revenue me lire !... et très bonnes fêtes... à bientôt !

Pour Tubynap :

"Liberté retrouvée, ah! joie ! ah ! rire aux anges !
J'écoute la chanson des oiseaux, près du lac, dans la forêt,
Je sens mon sang,
Je devine tous les secrets,
J'affronte tous les baisers.

Saveur de l'air, saveur de mon sang dans mes veines,
Saveur de ma salive et de ma propre chair...
Les cailloux seront plus doux que la laine
Pour y dormir, tandis que l'étoile polaire

Montera sur l'horizon dans le bruit des échos
Des villes, des campagnes et de toute la terre,
Dans le battement des ailes des oiseaux
Et celui des portes des maisons pénitentiaires.

Je vous offre, camarades encore emprisonnés,
Un peu de ma liberté et de ma force,
Le ciel s'éteint, les heures vont sonner...
L'itinéraire, je le grave sur les arbres, dans l'écorce
En entailles profondes que le printemps fera saigner,

Afin que vous trouviez facilement le chemin
Qui ramène à la vie sans embûches,
Aux rivières fraîches pour le bain,
Aux jardins frémissant de fontaines et de ruches."

Robert Desnos, l'Évadé.

Anonyme a dit…

Ce sont de très beaux poèmes...
Belle année 2007 Gaëlle !

nath a dit…

Bonne et douce année 2007 Gaelle !!! je t'adresse, à toi et à ta petite famille tous mes voeux très sincères pour plein plein de bonnes choses !!! Gros gros bisous

Doune a dit…

Bonne Année Gaëlle!!! Que cette année t'apporte mille choses douces et belles!!!
Enormes bisous

Freefounette a dit…

Je te souhaite une très bonne année 2007 ! Avec plein de beaux projets réalisés. Gros bisous !

Gaëlle a dit…

Lily, tous mes vœux à toi et merci de ton passage !

Nath, j'en ai autant pour toi et je t'embrasse. Très belle année 2007 à tes superbes filles, à ton homme et à toi et j'espère qu'on se le fera dans pas trop longtemps, ce café :)

Doune, je te souhaite aussi une année très heureuse, de concrétisation de tes projets et je t'envoie tous mes vœux ! Bisous tout aussi énormes...

Free, merci beaucoup de tes vœux ! Echange de bons procédés : excellente année à toi et gros bisous.

Anitta a dit…

Bonne année à toi, Gaëlle ! Que l'amour, la santé et la fortune soient au rendez-vous de tes beaux jours ! Et surtout : que cet enfant que tu nous prépares activement soit en tous points conforme au fruit de ton travail, et que son succès dépasse tes espérances mêmes les plus folles ! Je t'embrasse ;-)

Turquoise a dit…

Ohé, Gaëlle, ne te rendors pas, garde un oeil encore un peu ouvert le temps que je te souhaite une formidable année 2007. Que cette nouvelle année t'apporte toutes les réussites que tu désires ! (Et aussi le courage de nous écrire d'autres supers articles ! ;-))

vincent a dit…

Bonjour Gaêlle. Je te présente tous mes voeux de bonheur du sud beaujolais pour 2007 et te souhaite de nous composer encore beaucoup de si belles pages et pourquoi pas une édition???.
j'ai suivi tes conseils et ai commandé à vieux barbu "la rose pourpre et le lys" et même la suite. Très belle oeuvre et effet. Mais je pense que la beauté de ce livre incombe en partie à la traductrice qui a su trouver les tournures de phrases justes.
Je t'embrasse.

Anonyme a dit…

Juste un "bonnanée" comme ça en passant ;o)
Je ne te souhaite rien je sais que tout se réalisera...Je t'embrasse très fort!!!

Gaëlle a dit…

Je t'embrasse aussi Anitta et que cette année t'apporte toute la sérénité, la joie et la créativité possibles ! (Bon je ne parle pas de l'amour, la santé, la fortune, je viens de les glisser dans les poches de la sérénité )

Turquoise, je ne dormais que d'un œil, rassure-toi, et grand merci pour tes vœux pour 2007 ! Tu es trop gentille ! Je te souhaite tout le bonheur possible pour l'année qui commence. Et t'inquiète, là je me suis mise un peu en vacances, mais je réfléchis à d'autres articles ! Bises

Vincent, ravie que la Rose pourpre te plaise et que ton année 2007 soit un très grand crû ! Merci de ton passage et de tes vœux, et de ta fidélité.

Gaëlle a dit…

Lamousmé, tu es trop gentille ! Je t'embrasse très fort et je te souhaite tout ce que ton cœur désire pour 2007. (je l'ai chuchoté, ça marche aussi, pour que ça se réalise ?)

marie.l a dit…

douce léthargie que j'ai connue aussi ! belles reproductions, beau texte comme d'habitude et, pour ma part, de simples voeux pour cette nouvelle année !

Mr Kiki a dit…

Bonjour Madame Gaëlle,
Juste un petit "coucou" au passage, pour vous dire que j'aime beaucoup vos écrits.
A bientôt.

mr kaka a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Hector Braun a dit…

J'ai toujours adoré les surréalistes - ce qui n'étonnera personne venant d'un sèche-cheveux qui parle.

Freefounette a dit…

Bonjour m'ame, alors qu'est ce que tu deviens ? t'en es où ?
bisouuuuuuuuuuuuuuuus !

loupiote a dit…

Juste un petit mot pour te souhaiter mes meilleurs voeux pour cette année qui démarre.

C.Egolf a dit…

Monsieur Golb a vraiment de très bons liens en stock.
Un visiteur enchanté !

Gaëlle a dit…

M. Kiki, quel plaisir de vous voir en visite chez moi ! Merci infiniment, et une excellente année à vous ! A bientôt.

Hector braun : je ne m'attendais pas à avoir le commentaire d'un sèche cheveux, mais après tout, en convoquant les surréalistes, il faut s'attendre à tout !

Free : ma pauvre j'ai été un peu engloutie dans une faille spatio temporelle, et je m'en excuse, mais je travaille à un nouveau billet, et je vous le poste dès que possible ! Gros gros bisous à toi et très très bonne année.

Loupiote, tous mes vœux à toi, que 2007 soit étincelante et que tu puisses y employer à loisir le mot kafkaïen, si cher à ton cœur !:)

c.egolf : un nouveau visiteur venu du Golb ? Soyez le bienvenu chez moi : pour l'instant ma présence y est un peu sporadique mais je travaille à de nouvelles chroniques car je ne peux pas laisser mon café à l'abandon ! Mes visiteurs me manquent trop. Merci à vous, et bonne année !

Hector Braun a dit…

Brrrrrrrrrrrrr pschhhhhhhhhhhhiou

Mère Grand Supérieurement contente a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Mère Grand un peu alzheimer parfois, mais chuuut! a dit…

j'allais aussi te souhaiter la bonne année.. mais je crois qu'elle commence bien de toute façon!
Athbhlian shona diobh! N'ouvre pas de grands yeux comme ça... c'est de l'irlandais (l'origine de nos ancêtres!)

Gaëlle a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
mamie choupynette a dit…

ca veut dire Bonne année!
j'attends avec impatience la sortie de cet ouvrage... on pourrait peut-être en avoir un petit aperçu? en tant que grands fans! A qund une réunion de famille??? mais très bientot j'espère... si seuleemnt tu n'étais pas partie, contre mon avis, au NORD.... mais il faudra s'organiser ça très rapidement!
et pour cette fille.. tu n'es pas au courant? dommage... mais il faut lui pardonner tu sais...il est jeune!!

Gaëlle a dit…

Mariel, tu es si discrète que je ne t'ai pas vue, mille pardons !! très belle année 2007 à toi, tous mes vœux de bonheur et merci de ta visite !

Mère Grand :
Gros bisous à toi, Mamy, très bonne année (une année sans alzheimer et avec tout le bonheur que tu mérites). Merci de la traduction, mon irlandais est loin !!
Quant à mon roman : il devrait sortir en mars, mi mars ou fin mars, je te dirai ça !
A très bientôt : au fait, à quand une réunion de famille ?
J'ai en effet appris chez toi que mon fils avait rencontré quelqu'un, j'attends avec impatience qu'il me la présente ! C'est bien normal qu'il se soit confié à sa mamy avant sa mère... ah, ces mioches !

Séverine a dit…

Moi je voulais vous faire part d’un coup de cœur littéraire. Je ne savais pas trop où le placer sur le blog, mais le principal est de vouloir le partager ! Alors voici, c'est Le secret de l’automate. Ce livre retrace l’histoire d’une des plus grandes arnaques du 18e siècle : Un homme se promenait avec un automate appelé le Turc Mécanique, qui gagnait toutes les parties d’échecs qu’il lui faisait jouer. Arnaque car dans l’automate, un nain était caché…
Ce livre est sorti récemment, chez Laffont. Si vous souhaitez en savoir plus, un joli site a été crée pour percer le secret de cette histoire : www.lesecretdelautomate.fr
Voilà, c’était mon coup de cœur !

Arsène Lupin a dit…

Bof, j'ai lu ce livre (je parle beaucoup de langues) et très franchement à côté de mes aventures c'est de la rigolade.

J'incite tous vos lecteurs, chère Gaëlle, à venir lire mes aventures. Elles sont éditées aux Livre de Poche, et pour moins de 6 euros vous avez de la vraie littérature de qualité.

choupynette étonnée a dit…

mais qui c'est ce arsène lupin??? ah! le fils de Leblanc? ah Gaëlle tu as de ces connaissances dans le grand monde... je t'envie!

Arsène Lupin a dit…

Qui je suis ? Sachez Mademoiselle Etonnée que j'ai de nombreux noms...j'en révèlerai quelques uns prochainement, puisque j'ai pour projet d'ouvrir mon blog : Le Café Arnarqueur d'Arsène.

Micha a dit…

Ch'attends toujours ton noufeau billé !

Gaëlle a dit…

Sèverine, merci pour ce coup de cœur et à bientôt j'espère !

Arsène, je suis... très flattée de vous voir ici. Tâchez de ne pas embarquer trop de bijoux à votre départ, quand même...

Choupynette : écoute je suis la première surprise : je n'ai pas le temps d'écrire le malheureux billet que j'ai en vue, mon blog est délaissé et j'en suis fort marrie, et pourtant, y a même des célébrités qui passent par là. Tu comprends ça, toi ? Enfin, gros bisous à toi !

Arsène : Le café arnaqueur ??? Vous savez que ce n'est pas très vendeur et ne donne pas très confiance en la qualité de vos expressos ?

Micha : oui ben tou remoues le couteau dans la plaie, micha !

J'en profite pour vous dire à tous et à toutes : je planche à un nouveau billet, je voudrais qu'il soit déjà posté, seulement en ce moment je suis absolument débordée et croyez bien que ça me navre de devoir délaisser ce café... donc préparez-vous par avance car le prochain billet sera ténébreux !
Bises à tous, et à très vite !

May a dit…

Alors avant les ténèbres, permets-moi de te souhaiter une très belle année, et de te remercie pour ce billet, véritable extrait de rêve en ces jours si courts.

Soline a dit…

En tant que fan de ce petit café, j'attend le billet suivant avec impatience! =)
Alors à bientôt!

Bonne année et merci.

Dennis a dit…

Gaëlle, un billet ! Gaëlle, un billet !

Gaëlle a dit…

May quel plaisir de te revoir ! Je suis là de façon trop intermittente et ça m'embête mais je vais écrire un autre billet, promis. Bises et excellente année à toi !

Soline : Merci ! Bonne année à toi aussi et à très vite pour le nouveau billet, votre patience de lecteurs me touche !

Gaëlle a dit…

Dennis : ça vient, ça vient mon pote ! Ça mijote, ça bout lentement mais sûrement.. A très très vite, et fais mes amitiés à Kenzie.

Fédération Internationale Des Billets Vierges a dit…

Chère Gaëlle,

Nous tenions à vous féliciter pour le travail exemplaire que vous fournissez par amour pour notre cause.

Sachez que nous sommes touchés.

Surtout, continuez dans cette voie.



PS : oserais-je vous proposer une fusion avec le Site du Néant ?

Gaëlle a dit…

Je suis flattée, pour la fusion avec le site du Néant.
Sinon mes billets sont rarement vierges, vous avez mal lu : ce sont des billets qui ont beaucoup vécu, vous savez.

Gaëlle a dit…

Ce site du Néant me plaît beaucoup :)

Freefounette a dit…

Et en plus elle ose me mettre l'eau à la bouche... ténébreux ? Beau ? Aaaaaaaah ! Quel suspens...
bisouuuuuuuus

Stan a dit…

Bonsoir,

Je ne sais pas si c'est approprié sur ce blog... mais comme je le fréquente depuis un moment, je préfère appeler ça un bon tuyau (ou alors un coup de coeur... et les coups de coeur, il faut en parler, n'est-ce-pas?)!
Le livre s'appel Jonathan Strange & Mr. Norrell, l'auteur est Susana Clarke.
Ce livre va enfin paraitre en France (ça fait 3 ans qu'il fait sensation outre-manche) et en attendant, j'ai trouvé un site qui à l'air de bien transcrire l'univers de la magie, thème centrale du livre.
c'est ici: www.jonathanstrange.com
Appétissant, je dirais!

Holly Golightly a dit…

Je connais très bien ce livre, je l'ai lu à sa sortie en anglais, c'est une merveille. Mais, en revanche, vous, monsieur, je me demande si vous n'êtes pas quelqu'un qui fait de la pub déguisée...

Holly Golightly a dit…

Gaëlle, j'attends ton nouveau billet avec une grande joie. Je t'embrasse fort.

lepoetemasque a dit…

Pour ma part, j’apprécie plutôt Magritte malgré que mes poèmes ne soient pas surréalistes…quoique

L’année commence,
Dehors sur le froid glacial,
Un rayon danse.

Pour ceux qui aiment la littérature et qui aiment la partager, il existe un nouveau forum depuis 2 jours que j’apprécie pour l’instant, donc je fais passer le message…un forum devient ce qu’en font ses membres.
http://parfumdelivres.niceboard.com/index.htm

May a dit…

oui ! Moi aussi, tu n'imagines pas le plaisir que cela m'a procuré de pouvoir de nouveau surfer après deux mois de sevrage Internet dus à un déménagement et un arrêt maladie conjugés !!!
Mon blog prend la poussière du coup, et le temps me manque également...
Bon courage à toi, Gaëlle, et à très vite !!!

Gaëlle a dit…

Holly, merci de l'avoir attendu si chaleureusement ! Il est là, et pour le prochain, je ne vous ferai pas languir, c'est promis... Je t'embrasse !
Stan, merci d'être passé et d'avoir laissé là votre coup de cœur. Si ce livre est apprécié de ma chère Holly, c'est un gage de qualité. A bientôt.

Le poète masqué : merci de votre visite. J'aime beaucoup Magritte aussi:)

May, comme c'est gentil de passer me voir ! Tu me manques aussi, et je suis ravie de te croiser par ici. Je suis bien placée pour comprendre le manque de temps... bon courage à toi aussi donc, et à très bientôt !

Vanessa a dit…

Je découvre ton blog...et suis très heureuse de ton doux réveil: ton texte est magnifique, nous emmène loin, très loin...au risque de se perdre avec toi dans ton imaginaire. Mais quel beau risque.
Alors encore quelques déambulations s'imposent.

jean-loup a dit…

De nouveau charmé et porté par tout ce que je lis. Merci !
Dans cet esprit, à lire et relire le plus beau poème d'amour d'un père à sa fille, la Lettre à Ecusette de Noireuil, d'André Breton , en préface à L'amour fou.

Gaëlle a dit…

Vanessa : désolée de répondre si tard, j'étais absente et privée d'ordinateur !
Merci de ta visite et de tes compliments... à bientôt j'espère :-)

Jean-loup : merci à vous d'être passé !
Oui je connais ce poème, il est magnifique en effet !